Vendredi 10 janvier 2020 - 18h

Pierre Malidor, prêtre et chanoine de l'église Saint-Georges à Pithiviers (1662-1684)

par Marie Bardet.

L’église collégiale Saint-Georges, à Pithiviers, fut fondée au 11e siècle pour accueillir 12 chanoines sous la direction d’un chantre, cette tradition se maintiendra jusqu’à la révolution de 1789. Les dures années 1693-1694, entre famine et épidémies, ne les épargnèrent pas notamment le plus jeune d’entre eux, Pierre Malidor qui mourut à 32 ans. L’inscription de son décès dans le registre paroissial de l’église Saint-Salomon de Pithiviers est plus que succincte d’autant qu’il décéda sans avoir reçu les derniers sacrements. Nous avons essayé de connaître, par la consultation des archives, ce jeune prêtre issu d’une famille n’appartenant pas à la bonne bourgeoisie de la ville comme l’ensemble de ses confrères. Au travers de la vie de cet homme c’est aussi un peu du fonctionnement du collège de chanoines qui apparaît puisque aucunes archives de la collégiale ne subsistent ou si peu. 

---------------------------------

Vendredi 13 décembre 2019 - 18h

Honneur, bourgeoisie et commerce au XVIIIe siècle. Le Mémorial du marchand drapier orléanais, Pierre Etienne Brasseux

par Gaël Rideau Professeur d'Histoire Moderne à l'université d'Orléans

En 1773, le marchand drapier orléanais, Pierre Etienne Brasseux, se retire de son commerce et ouvre deux volumes. Le Mémorial pour mes enfans veut « mettre devant les yeux de [ses] enfants leur origine bourgeoise ». Par ce récit, étendu de 1703 à 1781, il donne à voir un système de valeurs, fondé sur l’honneur et la vertu marchande. Le second volume, Les hommes célèbres de l’Orléanais, rassemble des notices, reprises de grands dictionnaires de l’époque. L’auteur se présente comme interprète des événements politiques, pleinement associé à l’élite culturelle du temps qui s’adonne à l’histoire locale. Outre la présentation de documents inédits, cette communication se centrera sur l’aspect familial et montrera en quoi Pierre-Etienne Brasseux se construit un portrait de notable par l’écriture.

Conférence précédée d’une courte communication : Une chronologie orléanaise de la première moitié du XVIIe siècle par Claude Michaud

------------------